Il se lance le défi de vivre un an sans respirer et meurt violemment au bout d’1 minute 20

Dick-Paulson

 

Quand une tentative de record du monde vire au drame. En début de semaine, Dick Paulson, 20 ans, se lançait dans un pari fou : essayer de vivre un an sans respirer et ainsi battre l’actuel record d’apnée détenu par le danois Stig Severinsen en 22 minutes. Dick Paulson s’était même entrainé pendant plus de 3 mois pour réaliser cet exploit. Seulement voilà, le rêve a très vite tourné au cauchemar quand Dick a finalement perdu la vie au bout d’une terrible agonie qui aurait duré près d’1 minute et 20 secondes selon les légistes qui ont autopsié la dépouille du garçon. Recit.

Une contre-performance. Tout était pourtant prêt. Dick Paulson se disait « au top de sa forme » quelques secondes avant le début de son quasi-record. Un juge était présent pour valider la performance, les proches et les moins proches de Dick avaient fait le déplacement pour l’encourager. Sa famille s’était même cotisée pour lui offrir un caisson sans oxygène dans lequel il pourrait tenter de repousser les limites de l’apnée en toute sérénité. C’est donc dans ces conditions idéales que celui que sa petite-amie appelait « l’étoile de Rapid City » s’est élancé lundi matin dans un joli défi qui est finalement devenu un tragique fait divers.

Car très vite après le début du record, le jeune américain originaire du Dakota se met à se tordre, il gesticule avec frénésie. Malgré cela, toutes les personnes qui l’accompagnaient au moment de ce fiasco n’ont pas su décrypter ce qui semblait être en fait des signes de détresse : « On a cru qu’il bougeait dans tous les sens pour se détendre, que c’était un genre de technique de relaxation, un truc comme du Yoga. On aurait du réagir plus vite. » confie Barry White, juge officiel du Guiness World Records.

Car c’est seulement au bout de 7 heures que Barry White ainsi que les proches de Dick présents sur place se mettent à avoir des doutes : « Il avait définitivement arrêté de gesticuler à peu près 1min20 après le top départ. Ça faisait donc un petit moment qu’il ne donnait plus aucun signe de vie. On a tapé à la porte du caisson pour voir s’il dormait mais comme il ne réagissait pas on a décidé d’arrêter le record et d’intervenir. » nous raconte Jenny, la sœur aînée de Dick.

Le personnel médical prévu dans le cadre de ce genre d’épreuves se précipite alors auprès de Dick Paulson. Les médecins constatent alors l’absence de toute réaction de l’apnéiste mais par précaution et après plusieurs minutes de concertation, ils choisissent pourtant de ne pas stopper l’épreuve et remettent le jeune homme dans son caisson : « Dans le doute, nous n’avons pas voulu l’empêcher de réaliser son record jusqu’au bout. Ça aurait très bien pu être une forme de décès temporaire et momentané. On ne voulait pas lui gâcher son rêve. » se justifie ce médecin. «Dans la mesure où il n’y avait aucun indice d’une quelconque reprise de respiration, il n’y avait aucune raison d’arrêter le record. » précise Barry White le juge à l’accent américain.

Une famille effondrée. L’ensemble des personnes autour du caisson sans oxygène décident finalement de mettre fin au fiasco quelques minutes plus tard après une nouvelle tentative infructueuse d’interpeller Dick Paulson. Le décès du garçon est alors confirmé par les médecins. Sa famille, elle, pleure la perte tragique de l’un des siens dans ce qui était à l’origine une véritable quête personnelle.

Mais cet échec de Dick ne sera peut-être pas sans conséquence. Dan, son plus jeune frère âgé de 13 ans, a dans sa tristesse, affirmé qu’il ferait tout pour tenter de réaliser le record de son défunt frère. Un choix vécu difficilement par sa mère, Becky : « Je ne sais pas quoi penser. C’est très dangereux ce genre d’épreuve. Mais si mon fils veut lui aussi battre ce record pour honorer la mémoire de son frère, alors j’essaierai de l’aider du mieux possible dans ce chemin là. »

Contrarié, il ravage son quartier avec un bulldozer

bulldozer

 

Tout le monde connaît les petits différents entre voisins. Et bien aux États-Unis une querelle de voisinage a tourné au vinaigre. Alors qu’une clôture construite par ses voisins le dérangeait, un homme s’est saisi de son bulldozer et a ravagé une grosse partie de son quartier.

Barry Swegle, un habitant de Port Angeles n’était pas d’accord que ses voisins installent une clôture. Mais ses voisins n’ont tout simplement pas pris compte de son avis et ont tout de même construit leur clôture en grillage. Excédé par cette clôture qui l’empêche de passer avec ses engins de construction l’homme a finalement, au bout de quelques années, pété les plombs et est monté à bord de son bulldozer pour se calmer les nerfs sur cette fameuse clôture en grillage.

Sauf que l’homme ne s’est pas arrêté à la clôture. Sur son chemin il a détruit quatre maisons, un bateau, une voiture et un poteau électrique qui a privé d’électricité une centaine de personnes.  »Cela surpasse tout ce que l’on a déjà vu », a avoué la police locale.

L’homme est accusé de deux chefs d’agression au premier degré et six chefs de malveillance au premier degré et a comparu devant le tribunal ce lundi 13 mai. En même temps c’est plutôt logique puisque l’homme a causé plusieurs milliers de dollars de dégâts dans le quartier selon le Peninsula Daily News. Son frère, qui a été interrogé par la chaîne locale, regrette le geste de Barry :  »Il va tout perdre dans cette histoire. Il devra tout vendre pour indemniser les victimes. Il va retenir la leçon ».

Il tente d’avoir une relation sexuelle avec un nid de guêpes et décède

nid-guepes

 

 

L’homme âgé de 35 ans a été retrouvé mort non loin de sa ferme, piqué 146 fois dont 46 fois au niveau des organes génitaux.

D’après le rapport d’autopsie, « l’homme aurait introduit son sexe dans un nid de guêpes » avant de se faire mortellement piquer par les insectes.

Des traces de sperme ont été retrouvées sur plusieurs guêpes ainsi que des poils pubiens à l’entrée du nid.

Selon un psychologue, l’homme aurait entretenu une sorte de perversion sexuelle qui n’a cessé de croître jusqu’à dépasser les limites.

« Je ne peux m’imaginer la douleur qu’il a sans aucun doute endurée tant avant d’entrer dans le nid que lors de l’attaque des guêpes », a déclaré Siv During Livh (psychologue)

Un bébé poignardé 90 fois par sa mère parce qu’il lui a mordu le sein en la tétant

bébé_poignardé

 

C’est un terrible drame qui a eu lieu à Xuzhou, dans la province chinoise du Jiangsu.

Un bébé de 8 mois a été poignardé par sa mère à coup de ciseaux 90 fois parce qu’il lui a mordu le sein pendant qu’elle l’allaitait. L’enfant a été trouvé gisant dans une mare de sang dans la cour de la maison par son oncle.

Une fois transporté à l’hôpital, le petit Xiao Bao a eu pas moins de 100 points de suture. Les autorités n’ont pas retiré la garde de l’enfant à la mère comme l’avaient demandé les voisins. Il a été jugé que les oncles pouvaient veiller à la bonne santé de l’enfant.

En Chine, les maladies mentales sont considérées comme tabous.

10 anecdotes à raconter lors d’un dîner pour se la pété un peu ^^

like-a-boss

 

1. L’origine du doigt d’honneur.

Une anecdote à la fois drôle, historique et insolite . En Angleterre, le doigt d’honneur se fait avec 2 doigts alors qu’en France seul un doigt (le majeur) suffit. Lors de la guerre de Cent ans (116 ans en réalité) la France avait pour opposant l’Angleterre. Nos ancêtres les Gaulois, las de se faire sniper par les archers anglais, avaient l’habitude de couper l’index et le majeur des prisonniers archers pour les empêcher de tirer à nouveau. Du coup, pour « narguer » les français avant la bataille, les Anglais montraient leurs deux doigts encore intacts. Ce geste de provocation se transforma petit à petit au doigt d’honneur que l’on connait. « Histoire à éviter dans un repas d’affaire ».

2. Le décès insolite de Félix Faure, Président de la République française de 1895 à 1899.

Une anecdote à la fois drôle, historique et insolite. Il se voulait César, il ne fut que… Pompée ! Alors que Félix Faure attendait les soins quotidiens que tout Président âgé se doit de recevoir par sa secrétaire, cette dernière lui prodigua une petite gâterie qui, au meilleur des moments, provoqua un accident vasculaire cérébral entraînant sa mort le 16 février 1899. « Probablement à éviter lors d’un premier rendez-vous »

3. L’origine de la poussière. Une anecdote insolite.

Contrairement aux idées reçues, la poussière vient majoritairement de peaux mortes. Vous ne regarderez plus votre balais de la même manière.

4. La musique du film « Intouchables » :

c’est en fait l’auteur compositeur Italien, Ludovico Einaudi qui est derrière les mélodies mélancoliques du film.

5. Un chiffre concernant l’iPad d’Apple dans le monde en 2012 :

le chiffre d’affaires généré par la vente des housses Apple pour iPad, a été plus important que le chiffre d’affaires généré par l’ensemble des ventes de tablettes, de toutes les marques réunies dans le monde. Une vrai anecdote insolite.

6. Comment la fourchette est arrivée en France ?

C’est aux environs de 1574 que le roi Henri III, fils de Catherine de Médicis a découvert l’usage de cette invention. En effet, à cette époque, la mode était à la « fraise » (l’accessoire, pas le fruit), et la fourchette permettait de préserver sa fraise le plus longtemps possible en mangeant plus proprement qu’avec les doigts. « Une anecdote historique plus dure à placer dans un fast food où la fourchette est proscrite ! ».

7. Payer pour faire son service militaire :

dans certains pays où le service militaire obligatoire subsiste, les jeunes préféreraient se substituer à ces longs mois (ou années) de calvaire. Ainsi, il est toujours possible de s’arranger avec les responsables locaux, soit en pratiquant la technique du bakchich, soit en faisant jouer ses relations. En Ouzbékistan, en revanche, on PAIE pour intégrer plus rapidement les rangs de l’armée. Pourquoi, à votre avis? Et bien, c’est la principale porte d’entrée au concours qui mène aux prestigieux (et lucratifs, corruption oblige) métiers de douanier et de gendarme. « Vérifiez bien que personne ne soit ouzbek à votre table avant de raconter cette anecdote insolite »

8. Pourquoi les montres neuves affichent toujours 10h10 :

dix heures dix correspond à l’heure exacte où fut signé l’accord de Greenwich en 1884, où le temps universel fut adopté par les délégués des Nations, les politiciens et les astronomes qui s’accordèrent tous, au bout de trois semaines de négociations, à adopter les méridiens et autres fuseaux horaires ! De plus, selon les psychologues la position en V de 10h10 est associée à un message positif, au V de la victoire ou à un sourire, ce qui tend plus facilement à l’achat. 10h10 permet de bien visualiser la marque de la montre et de ne pas cacher les compteurs pour les montres chronographes. « Une anecdote insolite facile à placer quand un convive regarde sa montre à table ».

9. Ca partait d’un bon sentiment :

voulant féliciter Barack Obama pour sa réélection, notre président à cru bien faire en rajoutant un petit « amicalement » à la main, à la fin du courrier type fourni par l’Elysée. Il a ainsi écrit « friendly, François Hollande », littéralement « Sympathique, François Hollande » avant sa signature. Barack est donc prévenu ; il faudra venir accompagné d’un traducteur lors de sa prochaine visite en France. « Une anecdote marrante incontournable si un étranger est présent à la table ».

10. L’usufruit temporaire quesa qo ?

L’usufruit temporaire est le droit d’user et de jouir, pour une durée fixe, d’un actif. L’usufruit temporaire peut être consenti sous la forme d’un contrat entre deux parties. Il est régulièrement pratiqué dans le cadre d’une donation familiale. L’opération consistant à démembrer un bien et à en donner l’usufruit à titre temporaire, est parfois re qualifiée en abus de droit par l’administration fiscale. Une donation temporaire d’usufruit risque en effet d’avoir pour conséquence d’alléger l’ISF du donateur, devenu nu-propriétaire à la suite de ce démembrement.

« Si vous abordez le sujet c’est qu’il est temps de partir ».

Une ampoule qui brille depuis plus que 110 ans, ca existe !

ampoule_illimité

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître, une ampoule électrique de 4 watts, à la résistance exceptionnelle, brille en continu depuis désormais 110 ans, un âge bien plus avancé que la moyenne de celui des ampoules actuelles!

L’ampoule à fil de carbone de Livermore : 110 ans!
Cette lampe à incandescence éclaire la caserne de pompier située au 4550 East Avenue de Livermore (Californie, USA) depuis l’année 1901. Elle est considérée officiellement (Guiness Record) comme la lampe la plus vieille toujours en fonctionnement, et elle est en activité pratiquement en continu depuis ce temps. Elle n’a subi que quelques coupures accidentelles de courant, ainsi qu’un transfert en 1976, qui n’aura duré que 22 minutes avant la remise sous tension, et une coupure volontaire pour rénovation de bâtiment, d’une semaine en 1937. Elle détient donc également le record d’activité continue.

La lampe de Mathusalem. C’est d’ailleurs précisément la raison de sa longévité : ce qui grille les lampes à incandescence, c’est avant toute autre chose les coupures et reprises de courant. Le fil est porté, lors de ses changements, à très haute température et se refroidit, respectivement à chaque utilisation et chaque interruption. Ainsi, il se détend ou se contracte, ce qui a pour effet de le fragiliser, jusqu’au point de se rompre (lampe « grillée »).

L’ampoule de Livermore, appelée Ampoule Centenaire (Centennial Light), est une ampoule à fil de carbone communément fabriquée à l’époque, à Shelby (Ontario), par la Shelby Electric Company, probablement à la fin des années 1890. La lampe ne doit pas seulement sa longévité à son allumage quasi continu, mais également à sa faible puissance (à peine 4 watts) ainsi qu’à un apport de courant stable grâce à un circuit et un générateur dédiés. Elle possède aujourd’hui son propre site et une webcam qui la filme en continu (la troisième, car les deux premières sont d’ores et déjà… tombées en panne!), et dont l’image est retransmise sur le site officiel, avec une mise à jour toutes les 30 secondes.

La seconde ampoule la plus résistante, considérée avant la découverte de l’ampoule de Livermore, comme la plus vieille ampoule en fonctionnement, se situe à Fort Worth, au Texas. Installée le 21 septembre 1908 dans un théâtre, elle s’est finalement retrouvée après la démolition de celui-ci, dans un musée du Livestock Exchange Building, où elle n’a été depuis éteinte qu’une seule fois, par accident.

Faudrait que ça s’use plus vite… Un autre fait intéressant à propos de l’ampoule de Livermore et des ampoules à fil de carbone est que celles-ci sont souvent citées comme des preuves à contrario de l’obsolescence programmée, une technique de production et un principe économique, né(e) dans les années 1920, dont les consommateurs sont généralement outrés : l’obsolescence programmée ou désuétude planifiée consiste à produire un objet en prévoyant une date moyenne de fin, et en s’arrangeant pour limiter la durée de vie de l’objet par les techniques de fabrication, la réalisation structurelle qui s’y prête, ou grâce à des composants dont la durée de vie a elle même été soumise à un principe d’obsolescence programmée, ou encore qui ont à la base une durée de vie correspondant à l’objectif de fabrication fixé.