Fatigué de jouer à la Xbox, il demande à purger le reste de sa peine en prison

jeux-video-10918133lwbiv_1713

Un jeune Néo-Zélandais avait été assigné à résidence pendant 11 mois. Au bout de dix mois, ayant épuisé tous ses jeux vidéo, il a demandé à purger le reste de sa peine en prison.

Se retrouver en prison de son propre gré, voilà qui n’est pas banal. Et pourtant c’est ce qui est arrivé à un jeune Néo-Zélandais de 19 ans originaire de Whangarei, comme le rapporte le New Zealand Herald.  Selon l’agent de police Paul Nicholas, celui-ci a appelé la police mardi pour demander à faire le reste de sa peine en prison. Condamné à 11 mois d’assignation à résidence, l’homme en avait pourtant déjà purgé 10.

Seulement voilà, au bout de dix mois, celui-ci a avoué « être à court de jeux pour sa Xbox ». Il en avait d’ailleurs tellement marre de sa console qu’il était prêt à enfreindre son assignation si jamais il n’était pas placé derrière les barreaux. Son souhait a donc été entendu et il se trouve désormais à la prison de Ngawha.

Il trouve un obus et l’amène direct au commissariat !

tf1-lci-police-nationale-commissariat-2187345_1713

A Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, une personne a trouvé un petit obus dans un espace vert de la ville, l’a ramassé et amené au commissariat… qui a du immédiatement fermer ses portes !

Léger moment de panique au commissariat de Saint-Ouen dimanche quand, vers midi, un habitant s’est présenté avec un objet trouvé non loin de là dans un espace vert de la ville. L’objet en question n’était rien d’autre qu’un obus ! Celui-ci mesurait 16 centimètres de hauteur et 4 centimètres de diamètre, précise-t-on à la préfecture. Le commissariat de Saint-Ouen a dû fermer ses portes illico presto le temps que les services de déminage interviennent.

 

Il s’assoupit sur son ordinateur et vire 222 millions d’euros

image-d-archives-tf1-lci-2298174_1713

Un employé de banque s’est assoupi quelques instants sur son clavier. Résultat, le virement de 62 euros qu’il effectuait s’est transformé en virement de…. 222.222.222,22 euros.

Attention ! Dormir sur son clavier = danger. Un employé de banque en a fait la douloureuse expérience. En s’endormant un instant sur la touche « 2″ de son ordinateur, il a transformé un virement de 62 euros d’un retraité en un virement de 222 222 222,22. Et le comble c’est que cela a entraîné le licenciement d’une de ses collègues. Son employeur lui reprochait de pas avoir vu l’erreur de montant et l’avait licencié pour faute grave.

Seulement l’employée de 48 ans chargée de surveiller les ordres de virement bancaire a contesté en justice son licenciement pour faute. Les Prud’hommes de l’Etat régional de Hessen ont au final ordonné la réintégration de l’employée jugeant qu’elle avait été abusivement licenciée. Tout est bien qui finit bien. D’autant plus que l’erreur avait été découverte par la banque assez tôt et le virement jamais annulé avant que le compte du retraité ne soit débité.

Il sera bientôt possible de cultiver un bébé entièrement en dehors du corps humain

il-sera-bientot-possible-de-cultiver-un-bebe-entierement-en-dehors-du-corps-humain3

 

La nouvelle vient de tomber : nos bambins du futur seront entièrement cultivables dans une couveuse artificielle ! Alors, quand, comment et pourquoi… C’est ce que nous allons vous expliquer dans cet article tout droit sorti de la quatrième dimension.

Il existe à ce jour une couveuse permettant de recréer artificiellement un utérus pour les bébés prématurés. Cependant, ce dernier n’est pas suffisant à la procréation extérieure au corps humain, mais ce dispositif fournit néanmoins au fœtus de l’oxygène, une protection contre le froid, de quoi se nourrir, de quoi s’hydrater par voie intraveineuse ou par tube naso-gastrique (par le nez) et un niveau correct d’humidité.

Dans le meilleur des cas, les chercheurs parviennent à faire vivre un fœtus jusqu’au second trimestre avant de le réinjecter dans le ventre de la mère-porteuse pour qu’il puisse grandir en reprenant son processus naturel.

En ce qui concerne les incubateurs artificiels mis en avant dans cet article, il s’agit de développer ces mêmes techniques en biotechnologie (technologie du vivant) et en nanotechnologie (technologie au niveau atomique) pour pouvoir augmenter la capacité de la couve. Ainsi, les chercheurs détiendront la science exacte pour poursuivre l’évolution du fœtus dans un environnement entièrement extérieur au corps humain. Et donc le faire grandir sans devoir passer par l’étape de la mère-porteuse. Pour ce faire, ils devront dans un premier temps améliorer leurs méthodes de surveillance et la fonctionnalité totale de leurs systèmes informatiques.

Les phases et les éléments de la grossesse sont donc reproduits artificiellement. La paroi interne de l’utérus artificiel devrait ressembler au plus près de l’original. Cette imitation prendra en compte le processus de gestation au complet, sans lequel il pourrait y avoir des complications au niveau de la croissance ou de la prolifération du fœtus.

Le placenta, élément majeur de l’évolution du bébé, est copié pour effectuer la livraison des nutriments (ainsi que les acides aminés, les acides gras, le glucose…), l’élimination des déchets et l’échange de gaz par l’approvisionnement de sang de la mère. Les chercheurs indiquent qu’il peut être développé « naturellement ». Ce qui est bon à savoir, car il reste essentiel à la bonne santé du bébé, quant au développement de son système immunitaire.

À partir de ces grandes étapes, la régulation de la température est capitale pour la survie du fœtus, pour environs 37°C. Il est aussi intéressant d’ajouter que celui-ci doit vivre des expériences sensorielles pour qu’il ne se sente pas isolé. Apparemment la gestation du bébé devient interactive, on a le droit de lui parler et même de simuler son toucher pour stimuler sa vivacité ! Il s’agit ici d’exciter les régions neurales requises pour l’audition, ce qui se fait surtout avec le son et la sensation du battement de coeur de la mère, qui nous vous le rappelons, est simulé.

Pendant l’accouchement, le bébé serait exposé à des microbes qui se trouve dans son intestin, ce qui lui permettrait de digérer facilement les aliments, de réglementer son métabolisme intestinal et de se protéger des infections en développant ainsi son système immunitaire.

La science n’a vraiment pas de limites, et il est bien connu qu’il existe une certaine mégalomanie des Hommes à vouloir le contrôle sur la vie humaine et la création au sens large. Cette innovation est une avancée pour tous les chercheurs, mais modifier un processus naturel pourrait avoir des catastrophes qui sont encore inconnues au grand public. Et vous, pensez-vous qu’il est bon pour un bébé d’être né sous incubateur artificiel ? Avez-vous peur de ce qui pourrait défaillir de cette science ?

Les prostituées chassent le braqueur armées de leurs jouets coquins

109

 

Le braqueur qui a tenté de piller la caisse de la maison close tenue par Dodo la Saumure à Tournai ne s’attendait certainement pas à ça. Il a été chassé par les filles de joie, armées de ce qu’elles avaient sous la main : leurs sextoys.

Si la plupart des gens s’exécutent face à un braqueur armé, les prostituées de la maison close située au 36 avenue du Maire à Tournai, un des nombreux établissements tenus par le célèbre maquereau Dodo la Saumure, ne se sont pas démontées. Mercredi matin, un homme armé d’un couteau est entré dans le bâtiment, ordonnant qu’on lui remette la recette du jour.

Si elles ont été impressionnées, les prostituées présentes n’en ont rien montré. Pendant que certaines commençaient à rassembler l’argent présent dans la caisse, d’autres ont visiblement vu rouge, et ont alors riposté armées des outils qu’elles avaient sous la main : leurs sextoys.

Les filles de joies ont ainsi frappé le bandit à coups de godmichés et ont réussi à le faire fuir. Avec des employées aussi dévouées, Dodo la Saumure peut dormir sur ses deux oreilles : si la justice devait, dans l’affaire du Carlton de Lille, le mettre au frais quelques temps, ses affaires seraient sous bonne garde.

Un Hongkongais de 66 ans se découvre un sexe féminin


6E4D93DE8F653C9BFCB2F28951626_h402_w598_m2_q90_cVTxyAZmI

C’est seulement à l’âge de 66 ans qu’un Hongkongais à découvert qu’il était en fait une femme. De simples ballonnements l’ont incité à consulter un docteur. Quelle fut la surprise des médecins quand ils se sont rendu compte qu’un énorme kyste à l’estomac cachait les ovaires du patient.

Cette personne est atteinte du syndrome de Turner, maladie chromosomique rare. Le syndrome se caractérise par une petite taille quasi constante – il mesure 1, 37 m – et par d’autres signes comme la présence d’un grand nombre de grains de beauté sur le corps.

Le patient souffre également d’hyperplasie congénitale des surrénales. Cette maladie, qui entraîne la sécrétion anormale d’hormones mâles, expliquerait son « micropénis » et sa barbe.

Cet orphelin d’origine vietnamienne n’est pas le seul cas dans le monde. Six autres personnes sont porteuses des deux maladies en même temps.

Bien qu’il s’agisse d’un choix cornélien, l’homme a décidé de continuer « à se considérer de genre masculin avec une possible prise à l’avenir de testostérone », selon le Hong Kong Medical Journal.