Mort sous un pont juste avant d’hériter

dollars-991626-jpg_850984

Cet Américain de 60 ans allait enfin sortir de la misère grâce à un chèque de 19 millions de dollars, rapporte RTL. Mais ce SDF est mort d’hypothermie, au lendemain de Noël, dans l’ignorance la plus totale. Son corps a été retrouvé par des enfants le long d’une voie de chemin de fer du Wyoming, sous un pont.

Dans quelques mois, il allait hériter de sa grand-tante, mais il ne le savait pas. Sa famille n’avait plus de nouvelles de lui depuis 20 ans et les avocats chargés de ce complexe dossier d’héritage n’arrivaient pas à le localiser.

Une ermite millionnaire

Timothy Grey, révèle RTL, était un petit-neveu de Huguette Clark, une des femmes les plus riches et les plus secrètes du monde. La dernière photographie d’elle connue datait des années 1930, période durant laquelle elle avait décidé de vivre en ermite à New York avec les millions de dollars gagnés par son père dans la banque et la betterave.

Huguette Clark vivait avec ses poupées, qu’elle collectionnait depuis son enfance à Paris, où elle était née en juin 1906. Elle est décédée à 104 ans en mai 2011 et avait légué sa fortune à sa femme de ménage, son avocat, son infirmière, 19 héritiers en tout, dont le SDF Timothy Grey.

Si elle avait connu les conditions de vie de son petit-neveu, elle l’aurait peut-être aidé, elle qui, pendant la Grande Dépression, a fait démolir puis reconstruire sa villa de Santa Barbara (Californie) pour donner du travail aux chômeurs.

Un conducteur très précoce

1015621-400325-jpg_888440_434x276

Un petit garçon de cinq ans, laissé seul dans l’appartement familial mercredi à Valence, en a profité pour prendre les clefs de la voiture de son père et descendre dans la rue mettre le moteur en marche, avant qu’une passante n’intervienne, a-t-on appris de source policière.

« C’est la jeunesse de la personne au volant du véhicule en stationnement qui a attiré son regard », a précisé la police, confirmant une information de France Bleu Drôme-Ardèche.

Observant la scène vers 17H30 dans le centre-ville, cette passante a alors coupé le contact, récupéré les clefs et pris en charge l’enfant, qui avait traversé la rue, avant d’appeler la police.

Alors que les policiers intervenaient dans l’appartement grand ouvert, la mère de l’enfant est rentrée, expliquant être « partie faire une course pas longtemps ».

Une société marocaine s’est offert pour 35.000 euros de chocolat en 2012

1019363-401015-jpg_890660_434x276

Au moment où de nombreuses sociétés se serrent la ceinture en ces temps de crise économique, une compagnie marocaine s’est offert pour 35.000 euros de chocolat en 2012.

Maroclear, une compagnie dont une partie du capital est détenu par l’Etat et qui supervise les opérations de bourse, a dépensé 380.000 millions de dirhams (35.000 euros) en chocolat pour 2012 et 2,3 millions de dirhams (206.000 euros) sur les sept dernières années, selon le quotidien Al-Akhbar.

La présidente de Maroclear, Fathia Bennis, a confirmé l’information, justifiant de telles dépenses.

« A chaque Noël, nous recevons des chocolats en cadeaux. Alors pourquoi on n’aurait pas le droit d’en acheter aussi ? », a-t-elle dit au journal, semblant suggérer que les chocolats étaient offerts en cadeaux par l’entreprise.

L’ancien directeur financier de la société, Ali Benmiloudi, a également affirmé que ces chiffres étaient exacts, précisant que la société avait acheté cinq tonnes de chocolat en sept ans.

Ils rament pendant 110 heures d’affilée: nouveau record mondial de durée

1048168-405071-jpg_908250_434x276

Deux licenciés du club d’aviron de Châlon-sur-Saône (Saône-et-Loire) ont établi dimanche un nouveau record mondial de durée, en ramant sans discontinuer pendant 110 heures sur un appareil ergométrique, a-t-on appris auprès du club.

Le précédent record était la propriété de deux britanniques, avec 102 heures et 38 minutes.

Les deux hommes, Romaric Cavard, technicien méthode chez Areva, et Thomas Busser, entraîneur au Cercle de l’aviron de Châlon-sur-Saône, avaient entamé leur performance mardi soir, se relayant toutes les deux heures sur l’appareil, utilisé l’hiver pour l’entraînement des rameurs.

Ils ont « parcouru » en 110 heures l’équivalent de 902 kilomètres, soit plus que la distance entre Lille et Perpignan, selon les organisateurs du défi.

Organisé par le Cercle de l’aviron de Châlon, dont est membre notamment l’ancien champion olympique d’Athènes en 2004 Adrien Hardy, il avait pour but de récolter des fonds pour la « Fondation du souffle ».

Les sommes collectées – plus de 11.000 euros – serviront à la recherche, à l’aide aux malades démunis et à la prévention des affections pulmonaires, notamment liées au tabagisme, a indiqué Dominique Bacrie, directrice adjointe de l’association.

La limace de mer au pénis jetable intrigue les biologistes

sipa-superstock-1071155-jpg_941587

Comme si sa vie sexuelle n’était pas déjà assez mouvementée, une limace de mer hermaphrodite pousse l’originalité jusqu’à se séparer de son pénis après avoir copulé. Pour mieux s’en faire pousser un nouveau et recommencer de plus belle. « Aucun autre animal n’est connu pour copuler à plusieurs reprises à l’aide de tels pénis jetables« , écrivent des chercheurs japonais dans une étude consacrée à l’étrange vie sexuelle de la Chromodoris reticulata. Le mollusque rouge et blanc n’a pas besoin de plus de 24 heures entre deux accouplements pour dérouler un « pénis juvénile » comprimé à l’intérieur de son corps et remplacer l’ancien appendice usagé, expliquent les biologistes dans la revue Biology Letters de l’Académie des sciences britannique. Et la limace de mer peut rééditer cet exploit au moins trois fois d’affilée, selon leurs observations.

Longue comme le pouce, Chromodoris reticulata est hermaphrodite, autrement dit elle est dotée à la fois d’organes sexuels mâle et femelle. Lorsque deux limaces se reproduisent, elles assurent simultanément les deux rôles : chacune donne son sperme et reçoit en retour celui de son partenaire, qu’il stocke pour une insémination ultérieure. Les chercheurs ont observé la copulation de Chromodoris reticulata capturées en mer et placées en aquarium. Après chaque accouplement, d’une durée variant de quelques dizaines de secondes à quelques minutes, chaque limace se débarrassait de son pénis, un organe en forme de filament situé sur le côté de l’animal et projeté dans le vagin du partenaire.

Un examen microscopique de ces pénis jetables a mis en évidence une structure en spirale qui semble pousser pour former un pénis de remplacement, un peu à la manière d’une bobine de fil qu’on déroule. « La structure en spirale aurait besoin d’à peu près un jour pour être prête à la copulation », estime l’étude. Les chercheurs ont également découvert que le pénis de la Chromodoris était recouvert de petites épines, orientées vers l’arrière comme sur un harpon. Cela rendrait difficile l’extraction du pénis une fois la copulation accomplie, expliquant peut-être pourquoi cet organe est détachable. De nombreux animaux sont capables de se séparer d’une partie de leur corps – la queue chez les lézards, la peau même chez certaines souris -, mais bien peu renoncent ainsi à leur pénis, soulignent les scientifiques japonais.

Il trouve une pépite d’or de 5 kg avec un simple détecteur de métaux

1044587-403621-jpg_904701_434x276

Un prospecteur amateur a mis au jour une pépite d’or de 5 kilos dans le sud de l’Australie à l’aide d’un simple détecteur de métaux, a annoncé jeudi un proche dans une vidéo postée sur YouTube.

La pépite en forme de selle de vélo a été découverte mercredi à 60 cm de profondeur sur un site aurifère réputé près de la ville de Ballarat, à 110 kilomètres de Melbourne.

« Le prospecteur dit que ça a sonné comme un capot de voiture dans ses écouteurs », a raconté l’utilisateur « TroyAurum » sur YouTube.

Le gérant d’une boutique spécialisée dans la vente d’or de Ballarat, Cordell Kent, a confirmé la découverte.

« Beaucoup de gens pensent que les champs aurifères de la province de Victoria sont morts et qu’il ne reste plus rien (…) mais il a persisté et son entêtement a payé », a-t-il dit.

La pépite, l’une des plus grosses qu’il ait vues depuis 20 ans, lui a été confiée aux fins de lui trouver un acquéreur. A 177 onces d’or, elle pourrait rapporter près de 240.000 euros à son propriétaire, resté anonyme.