Currently browsing

Page 2

Lancer de chat : 1 an de prison ferme pour l’accusé

 

chat

 

Le jeune homme filmé en train de lancer un chat à plusieurs reprises contre un mur à Marseille, s’est vu infliger, lundi 3 février, une peine d’un an ferme par le tribunal correctionnel.
Farid Ghilas, 24 ans, a été jugé en comparution immédiate lundi après-midi après avoir été placé en garde à vue. Le jeune homme s’est excusé devant l’audience : « Je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai fait le con, je regrette », a-t-il déclaré à l’audience, alors que s’étaient rassemblés devant le tribunal près de 200 défenseurs des animaux. Le jeune homme risquait jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Le chat quant à lui est en bonne santé.

« Jsuqu’a présent, les juges ont toujours été cléments »

La vidéo en question avait rapidement fait le tour du Web, précipitant la mobilisation du forum américain 4chan, la création d’une pétition ayant recueilli plus de 100 000 signatures et de plusieurs pages Facebook contre l’auteur du geste. Puis, finalement, un dépôt de plainte par la Fondation Brigitte-Bardot pour « acte de cruauté et sévices graves ».

L’affaire a semble-t-il connu son dénouement grâce aux actions de nombreuses personnes scandalisées par la vidéo. Sur Twitter, le compte officiel de la gendarmerie nationale avait indiqué que le signalement des utilisateurs du réseau social avaient permis l’interpellation à Marseille de l’auteur des faits.

Le code pénal sanctionne gravement les actes de cruauté ou les sévices à l’encontre des animaux. L’article 521-1 condamne ainsi de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros « le fait, publiquement ou non, d’exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité ».

« Mais jusqu’à présent, les juges ont toujours été cléments, n’appliquant jamais le code pénal dans toute sa rigueur, explique au Monde.fr Jean-Marc Neumann, juriste et vice-président de la Fondation Droit animal, éthique et sciences. La plupart des affaires ont été classées sans suite ou se sont soldées par des non-lieu. Dans le cas de condamnation, les magistrats se sont toujours contentés d’amendes peu élevées (de l’ordre de 500 ou 1 000 euros) et jamais de prison ferme. L’animal n’a pas encore trouvé la place qu’il mérite en France » .

La Corée du Nord affirme avoir envoyé un homme sur le soleil

la-coree-du-nord-affirme-avoir-envoye-un-homme-sur-le-soleil

 

45 ans après les premiers pas de l’homme sur la Lune par les Etats-Unis, la Corée du Nord serait le seul pays au monde à avoir envoyé un homme sur le soleil comme nous l’explique le présentateur du journal télévisé nord-coréen.

Le 23 janvier dernier à 3 heures du matin, le jeune astronaute de 17 ans, Hung Il Gong aurait décollé de la Terre pour se diriger vers l’étoile de notre système solaire. En seulement 4 heures, la fusée aurait atteint son objectif sans rencontrer le moindre problème. Le présentateur du journal télévisé nord-coréen présente cette information avec fierté.

Nous sommes très heureux d’annoncer que la mission consistant à mettre un homme sur le soleil est un succès. La Corée du Nord a devancé tous les autres pays du monde. Hung Il Gong est un héros et mérite un accueil de héros quand il rentrera à la maison ce soir même.

A son retour, le jeune homme a été accueilli par son oncle, l’actuel Président de la Corée du Nord, Kim Jong-un. L’astronaute aurait également ramené avec lui quelques échantillons du soleil.

Cette nouvelle est aussi inattendue qu’insolite. Les spécialistes sont unanimes : il est impossible de s’approcher de trop près du soleil et encore moins d’y marcher dessus. Enfin, le trajet aller retour entre la Terre et le Soleil prend beaucoup plus de temps que les 18 heures annoncées en sachant que la distance entre ces deux astres est de 149 600 000 km.

Les 6 conseils d’une gynéco: « Les femmes ne doivent pas porter de sous-vêtements à la maison »

string

 

Hilda Hutcherson est gynécologue. Elle raconte à Redbook les conseils qu’elle donne à ses amies une fois sortie de son cabinet de consultation. Morceaux choisis.

- Pas d’épilation brésilienne avant un rendez-vous chez le gynéco

« C’est normal d’avoir envie d’être soignée quand on sait que quelqu’un va regarder de près nos parties intimes mais les médecins s’en moquent. J’ai vu un grand nombre de boursouflures et autres rougeurs à cause d’une épilation. Cela rend l’examen complet difficile car on ne voit pas toujours la différence entre ce qui est vraiment mauvais, comme une inflammation ou une infection, et le gonflement dû au traumatisme de l’épilation. Je vous promets que c’est mieux de venir au naturel que fraîchement épilée avant un rendez-vous gynécologique. »

- Vos chances de tomber enceinte naturellement après 42 ans sont quasi nulles
« J’ai eu de nombreuses discussions sur la fertilité avec des femmes qui ont passé les 40 ans. L’une d’elles venait de se marier et m’a dit qu’elle était impatiente de tomber enceinte. J’ai dû casser ses espoirs, ses chances étaient très faibles. Elle ne me croyait pas et me disait: Ma tante est tombée enceinte à 50 ans. Bien sûr, ça arrive mais les chances sont infimes. Dès vos 40 ans, la qualité de vos oeufs diminuent au point que même s’ils arrivent à être fécondés, il est probable que ça ne va pas s’implanter normalement. C’est difficile à croire parce qu’on voit plein de stars de plus de 40 ans tomber enceintes et avoir un bébé. Mais nous savons, nous, les médecins, que c’est grâce à un don d’ovules. Ce n’est pas une conception naturelle et spontanée. Même si vous avez encore vos règles chaque mois, ça ne veut pas dire que vous êtes encore fertile. »

- « No pain no gain » ne s’applique pas à l’accouchement
« Chaque femme a le droit d’accoucher de la manière dont elle le désire. Je soutiens les femmes qui ont des envies d’accouchement naturel, sans médicaments mais je donne mon avis personnel à mes amies qui le demandent: prenez la péridurale. C’est sûr et vous n’aurez pas de médaille si vous accouchez sans. »

- Ne portez pas de sous-vêtements quand vous le pouvez
Les sous-vêtements sont responsables de la croissance des bactéries. « Si vous remarquez que « ça » ne sent pas bon, ça ne vient pas du vagin mais de bactéries qui se développent à cause du fait que votre vulve est en permanence collée à vos sous-vêtements. C’est encore pire l’hiver quand les femmes portent des collants et un jeans par-dessus. Evidemment, vous ne voulez pas être Paris Hilton au bureau alors portez des sous-vêtements la journée mais dès que vous rentrez chez vous, ôtez votre culotte. Et n’en portez pas la nuit. »

- Chaque femme devrait avoir un vibromasseur
« Les jouets sexuels doivent faire partie intégrante de la sexualité. Avec l’âge, le niveau d’oestrogènes commence à descendre et le clitoris devient moins sensible. Ca peut commencer dès l’âge de 35 ans. » La stimulation est primordiale!

- Arrêtez les tampons pour éviter les crampes
Selon l’expérience personnelle de la gynécologue, porter un tampon augmente les crampes au ventre pendant les règles. « Il retarde la vidange de l’utérus. » Elle conseille donc de porter des serviettes régulièrement.

La durée d’un rapport sexuel idéal est de…

etre-adulte

 

Combien de minutes faut-il pour chaque partenaire atteigne l’orgasme ? D’après une étude menée par des chercheurs américains, la durée d’un rapport sexuel idéal serait comprise entre 7 et 13 minutes…

Un rapport sexuel satisfaisant durerait moins de un quart d’heures… préliminaires non inclus dans ce laps de temps !

C’est le constat que vient de dresser les scientifiques de la « Society for Sex Therapy and Research ».

Il a fallu une dizaine d’années de recherches pour que les chercheurs concluent que la durée idéale pour contenter les deux partenaires varierait entre 7 et 13 minutes (du moment de la pénétration jusqu’à l’orgasme). Pour en venir à ce résultat, plus d’une cinquantaines de personnes se sont portés volontaires.

Ainsi, les scientifiques ont établit une sorte de « chronologie du plaisir » : un rapport sexuel jugé « tolérable » serait compris entre 3 et 7 minutes.

A contrario, en dessous de 2 minutes et au delà de 15 minutes, l’acte sexuel serait jugé insatisfaisant…

Pour ceux qui ne se retrouvent pas dans ces chiffres, pas de panique ! Que le sexe dure 10 minutes ou toute une nuit, l’amour se conjugue à deux et c’est ça le plus important.

Le sperme est bon pour la santé des femmes

Les-5-bienfaits-du-sperme-sur-la-sante-des-femmes

 

Avec des qualités nutritionnelles intéressantes, ses propriétés anti-âge établies et son rôle d’antidépresseur pour les femmes, le sperme est définitivement bon pour la santé. À tel point que certains chefs le cuisinent ou le transforment en cocktail.

 

De nombreuses études prouvent les bienfaits du sperme pour la santé des femmes. La semence masculine influerait sur notre humeur ainsi que sur le vieillissement, en plus d’avoir des qualités nutritionnelles.

 

Le sperme, antidépresseur naturel

Le sperme, plus efficace qu’une association Lexomil-chocolat ? Selon des chercheurs de l’université d’Albany aux États-Unis, les femmes ayant des rapports sexuels non protégés, donc étant en contact avec le sperme de leur partenaire, étaient plus heureuses que les autres. Et pour cause : riche en substances antidépressives comme la mélatonine, la prolactine et la sérotonine, le sperme régule l’anxiété après un contact vaginal ou oral.

 

Avalé, le sperme protège du cancer du sein

En Californie du Sud, un sondage réalisé auprès de 15 000 femmes âgées de 25 à 45 ans opposait pratiquantes assidues de la fellation et abstinentes convaincues. L’étude a démontré une prévalence de femmes atteintes du cancer de type hormonal dans le groupe qui ne pratiquait pas de sexe oral (10,4%) par rapport à l’autre groupe (1,9%). Ainsi, réalisée deux fois par semaine, la fellation permettrait de réduire le risque de cancer du sein de 40%.

 

La semence masculine, un atout antivieillissement ?

Les scientifiques autrichiens Tobias Eisenberg et Franck Madeo ont mené des recherches sur la spermidine, présente dans le sperme, qui a un effet positif dans la lutte contre le vieillissement des cellules. Pour les chercheurs, c’est « en quelque sorte le Graal sacré contre le processus du vieillissement des cellules », qui permet en prime de protéger de la maladie d’Alzheimer. Elle pourrait aussi stimuler la croissance des cheveux. La spermidine ne se trouve pas uniquement dans le sperme : le soja et le pamplemousse en contiennent également.

 

Les qualités nutritives du sperme

La séminophagie (acte d’avaler du sperme) a un intérêt nutritif : si le sperme est composé d’une grande partie d’eau, le reste de sa composition inclut des nutriments essentiels au corps humain : acide docosahexaénoïque (présent dans les oméga-3), des minéraux comme le potassium, le magnésium ou le sélénium. Il contient également de l’alcaline, un brûle-graisse reconnu. Il contiendrait en outre autant de protéines que le blanc d’œuf.

 

L’art de cuisiner le sperme

Face à tant de bienfaits, certains ont décidé d’exploiter le filon. En 2007, un infirmier de San Francisco publiait un livre de recettes au sperme intitulé Natural Harvest (soit « récolte naturelle »). De son côté, le chef Paul Photenhauer prépare des cocktails à base de sperme aux noms évocateurs (« Macho Mojito », « Prostate Passion »). Pour lui, pas de complexe qui tienne : « Les œufs sont la menstruation des poulets, le lait est la sécrétion mammaire des vaches. Le sperme, au moins il est frais et vous savez qui l’a produit ». Après tout, il n’a pas tort.

Lorsque nous nous faisons un nouvel ami, notre cerveau en élimine un ancien

partenaire

 

Une étude de scientifiques de l’Université d’Oxford et de l’Université de Chester en Angleterre et de l’Université Aalto en Finlande, parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, a montré que lorsque nous établissons une nouvelle relation d’amitié, nous nous éloignons généralement d’un ancien ami, rapporte le Medical Daily.

« Bien que la communication sociale est de nos jours beaucoup plus facile, il semble que notre capacité à maintenir des relations proches est finie », estiment Felix Reed-Tsochas et James Martin Lecturer de l’Université d’Oxford.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont demandé à 30 participants (hommes et femmes) qui étaient en dernière d’étude de lycée et donc sur le point d’entrer à l’université ou d’entrer dans le monde du travail, de remplir un questionnaire sur leur réseau personnel actif de relations selon trois points dans le temps : au début de l’enquête, 9 mois après le début de celle-ci et ensuite, 18 mois plus tard. Les répondants ont dû énumérer la liste de leurs relations (parents, amis, connaissances et collègues) et noter l’intensité émotionnelle de chacune d’entre-elles sur une échelle de 1 à 10, 10 étant la note assignée à quelqu’un avec qui l’on entretient « une relation très personnelle ».

En compensation, chaque participant a reçu un téléphone mobile entièrement payé avec un crédit téléphonique de 500 minutes vers des téléphones fixes et mobiles et des SMS illimités gratuits. Pour chaque participant, les chercheurs ont obtenu des factures mensuelles détaillées des appels sortants.

Les chercheurs ont découvert qu’un petit nombre de personnes avait reçu un pourcentage disproportionné d’appels de chaque participant. Toutefois, dans ce schéma général, ils ont également observé une variation individuelle pour chaque participant démontrant une caractéristique de « signature sociale » ou en d’autres mots, un style particulier de communiquer avec leur réseau social.

En analysant les données des téléphones mobiles des 24 étudiants restants (6 ont abandonné l’expérience en cours de route) qu’ils ont comparées aux réponses des questionnaires, les chercheurs ont remarqué que les modèles de communication indiquent que les personnes n’ont pas les moyens de maintenir un nombre important de relations intimes avec des proches. Autrement dit, le cerveau humain ne peut gérer qu’un petit nombre de relations intimes.

« En raison de ces contraintes, les individus ne peuvent pas augmenter le nombre d’amis avec lesquels ils communiquent à un taux maximum et la plupart d’entre eux déclassent certaines personnes s’ils souhaitent ajouter de nouveaux membres à leur réseau à un haut niveau d’intensité émotionnelle », indique l’étude.

« Ceci est probablement dû à une combinaison de temps limité disponible pour la communication et au grand effort cognitif et affectif nécessaire pour maintenir des relations étroites », explique Robin Dunbar, professeur de psychologie évolutionniste de l’Université d’Oxford.

« Il semble que les schémas de communication individuels soient si ancrés que même l’efficacité de certaines formes de communication (dans le cas présent, les téléphones mobiles) soient insuffisante pour les modifier.»